J’ai quitté ma zone de confort

J'ai quitté ma zone de confort

Jusqu’en 2015 j’étais fonctionnaire pour la Fonction publique d’État.
J’exerçais un emploi d’accompagnement à deux pas du Bassin d’Arcachon.
Un emploi rêvé pour beaucoup car un emploi intéressant, stable qui m’offrait en plus la sécurité.
Aucune raison particulière à ce que je quitte cette zone de confort.

Le seul hic c’est que les années passant j’avais le sentiment de ne pas vivre MA vie, de ne pas être à ma place de me limiter et de sombrer dans quelque chose que je n’étais pas.
J’avais dépassé la barre des 40 ans, un événement tragique m’avait fait prendre conscience que la vie était importante, qu’on ne doit pas se la gâcher et que notre temps sur terre est limité.

J’avais soif de liberté, de passion, d’exaltation, d’audace, de risque aussi.
Il me semble que c’est à ce moment là que j’ai compris que la vie était un JEU et que j’avais tendance à l’oublier et à me la rendre trop sérieuse.

Il est difficile d’accepter cela et de se dire “je plaque tout je me casse”.
La pression sociale est énorme. C’est incroyable l’emprise du mental sur notre vie.

J’ai démissionné en septembre 2015.
J’ai quitté ma zone de confort.
C’était vital même si à ce moment là je ne me rendais pas vraiment compte à quel point.
J’ai oeuvré à cette liberté, j’ai travaillé sur moi pour l’obtenir et la mériter.
Car oui vivre SA vie ça se mérite !

J’ai pleuré, j’ai douté, j’ai crié, je suis passée par des phases difficiles, douloureuses, je me suis remise en question, j’ai tâtonné…
Je continue parfois 😉 mais je sais au fond de moi que je suis sur MON CHEMIN. C’est de l’ordre de la vibration intérieure.
J’ai quitté ce que je connaissais pour m’aventurer dans l’inconnu, l’insécurité et VIBRER. Oui car c’était super important pour moi de m’exalter et de ne pas devenir cet être standardisé, aigri, râleur, insatisfait, malheureux, triste que je côtoyais quotidiennement et que je devenais.

Pour moi il était devenu indispensable de m’éclater dans ma vie perso mais également dans ma vie pro.
L’harmonie des deux était inéluctable. SUBIR ma vie était d’une cruauté sans nom pour moi.
Bref une zone de confort qui finalement m’était devenue inconfortable, insupportable, invivable.

J’ai quitté ma zone de confort et depuis je teste, j’apprends, je me surprends aussi.
Je n’ai jamais été autant moi.
Je m’amuse, je ris, je rencontre, j’échange, je partage, je m’ouvre, je découvre, je me laisse aller, je me laisse être, je me laisse faire, je me laisse vibrer, je suis libre, JE VIS et tout cela je le dois qu’à “moi-m’aime”.

Delphine Le Vern Diez
www.dlvd-coaching.com


Articles Recommandés