Les tourments de la vie ~ Acte 2

Les tourments de la vie ~ Acte 2
Les tourments de la vie vous savez ce sont ces épisodes qu’on voudrait ne pas avoir à subir.
Hier une personne me rappelait un article sur ce même thème des tourments que j’avais écrit il y a 2 ans à cette même période.
C’est dingue cet écho de la vie.
La période automnale est souvent une période mélangeant mélancolie et prise de décision. L’humain est souvent plus vulnérable et plus en proie aux doutes, aux émotions exacerbées et il suffit qu’un événement brutal surgisse pour faire capoter (pensée du départ) tout le travail fourni le reste de l’année.
Comme vous le savez peut-être mon leitmotiv quotidien est l’acceptation totale de QUI je suis et je me suis engagée avec moi-même à ne plus taire mon besoin (oui c’est réellement un besoin) d’humanité. J’ai compris que nous avons tous une mission sur cette terre et mon métier consiste à permettre à d’autres de se révéler à eux-mêmes avec simplicité.
Et quoi de mieux que se révéler à soi durant une période de tourmente.
C’est assez triste à dire mais l’on se découvre souvent soi-même dans ces moments là.
Évidemment ce n’est pas la 1ère chose qui saute aux yeux au départ.Le démarrage c’est cette grosse claque que l’on se prend dans la tronche et pétard ce qu’elle fait mal. On a l’impression que notre monde s’écroule.
Cette phase est douloureuse, monstrueuse, on ne se reconnaît plus.
Notre mental contrôle tout. Il va dans tous les sens, s’éparpille, remet en cause, nous fait même nous interroger sur notre potentielle responsabilité. C’est la période où on a juste envie de tout envoyer valser et où les pensées peuvent être très noires.

Elle ne dure pas et heureusement.
Puis vient l’attente, patienter. Et là pour moi c’est super difficile même si je me rends compte que j’y parviens désormais en me connectant au maximum à l’instant présent par des astuces toutes simples que j’ai moi-même intégrées dans mon quotidien.
Parallèlement intervient une période silencieuse.
Après la colère, la tristesse s’installe, on chiale, on flippe, on imagine, on anticipe, on se souvient.
On s’exprime à demi-mot, notre pudeur se révèle, nous sommes à fleur de peau.
Moment particulier où on est un peu sonné, paumé, décontenancé, triste, malheureux.La phase décisionnelle intervient ensuite.
Celle du mouvement, de l’action. Celle d’une force déterminée et puissante, un peu sur-humaine.
Celle où l’intuitif a pris le contrôle, celle où la tête a été mise de côté, celle qui ouvre le chemin du renouveau, des projets, d’un nouveau chapitre.
On ne subit plus, on agit non plus par obligations mais pour nous-même.
C’est complexe à expliquer comment on parvient à cet état sans pour autant avoir les réponses à ses tourments. Car finalement dans les faits la finalité n’est pas actée.
L’intuitif a le pouvoir d’estomper l’objet de nos tourments, l’objet de notre attente en privilégiant notre volonté de vie.

Tout cela pour confirmer que finalement le bonheur n’est pas tant le résultat en lui-même mais le chemin que nous avons traversé pour parvenir jusqu’à lui.

Je nous aime 💝

Delphine Le Vern Diez
Boosteuse joyeuse de motiv’Action
www.dlvd-coaching.com

Articles Recommandés