Réflexions d’une coach authentique & unique ~ Acte 1 ~

Réflexions d'une coach authentique & unique ~ Acte 1 ~

Après l’éloge de la femme parfaite apparaît l’éloge de la maison parfaite.
La mode est actuellement au désencombrement et cela constitue mon inspiration du jour.
En ce moment, il n’y a pas une publication sans parler de désencombrement matériel qui permettrait un désencombrement mental voir même nous mènerait à une certaine forme de spiritualité.

Alors moi plutôt “bordélique organisée” 😉 je lis, je regarde, je trouve cela beau effectivement ces intérieurs épurés faisant la part belle aux couleurs pastels, conjuguées avec harmonie.
C’est doux, c’est tendre mais je trouve que cela ne me parle pas, ne me ressemble pas voire même qu’il y aurait dans ces intérieurs “fashion” une certaine forme de norme à laquelle il faudrait se plier pour accéder à notre équilibre personnel, c’est ce que l’on essaierait, en tout cas, de nous faire croire.
J’ai l’impression de voir ce que l’on nous sert à la tv avec S. Plaza et V. Damidot.
Des intérieurs qui finalement deviennent communs car totalement impersonnels.
Cela me fait penser à l’expression “propre sur soi” et donc à cette perfection qui, chacun sait, n’existe pas mais qu’on insiste à nous vanter sous une forme déguisée.

Cela m’amène à m’interroger sur ce que mon intérieur dit de moi et plus précisément encore sur cette tendance à basculer le problème de la méconnaissance de soi sur notre intérieur matériel.
Je me demande si on ne déplace pas le problème pour fuir un peu plus encore l’exploration de nous-même en nous faisant croire que ce désencombrement nous fera y voir plus clair en nous, nous rendrait même plus intelligent si on supprimait par exemple la télévision.
Je m’interroge si ce “ménage”, certes indispensable parfois ;-), ne nous porterait pas un peu plus vers un idéal auquel il faudrait se conformer pour être une belle personne.
Il y aurait une certaine forme de culpabilité qui nous serait imposée par rapport à notre intérieur mais aussi par rapport à ce que l’on mange, consomme, regarde, fait…
On deviendrait des êtres “bons” par rapport finalement à notre consommation.
Ce qui continuerait à faire de nous des êtres “normés” c’est-à-dire comme tout le monde.

Mais c’est là justement que le bât blesse et c’est sur ce point que je vais encore plus loin dans ma réflexion.
Nous sommes tous chacun individuellement uniques.
Et c’est cette unicité qui nous caractérise, nous identifie et fait, selon moi, la richesse du monde.
Alors qui sommes nous pour imposer aux autres notre vision du monde, qui sont ceux qui jugent qu’une femme sans enfant a loupé sa vie, qui suis-je pour dire aux autres que se connaître soi est le plus beau cadeau que l’on puisse s’offrir ?…

Je nous invite à nous vivre pleinement tels que nous sommes, à faire nos choix, à prendre nos décisions…
Soyons libres, conservons notre livre arbitre, faisons comme cela nous semble bon pour nous.
Affranchissons-nous des normes qui finalement nous liguent un peu plus les uns contre les autres.
Le plus important est d’être en cohérence avec notre “être intérieur” ❤

Delphine pour DLVD Coaching
Boosteuse joyeuse de motiv’Action
www.dlvd-coaching.com